Archives mensuelles : septembre 2020

Au conseil municipal

Nos édiles se sont réunis ce samedi matin, salle du Conseil municipal afin de délibérer sur plusieurs points.

Des décisions d’ordre administratives et de fonctionnement, sont prises, vous en trouverez le détail dans le rapport officiel de cette séance qui sera publié au site officiel de la mairie.

Est voté, l’enfouissement des réseaux électriques rue Maria Valla en perspective des travaux de réhabilitation annoncés.

Une antenne de communication sera installée au bois des Chartreux par Free avec objectif, améliorer les réseaux.

Le maire, Gilles Groslevin, a obtenu l’accord moins deux abstentions, lui conférant l’autorisation de procéder aux démarches en vue de l’acquisition par la commune, d’un bâtiment qui sera mis à usage publique.

Ce bâtiment sera d’une grande utilité pour fluidifier les besoins associatifs et très sécurisant pour les enfants des écoles, et du PAJ également, qui ne seront plus obligés de s’éloigner de l’école et traverser des rues avec circulation des véhicules, pour pratiquer leurs activités notamment sportives.

M Laurent Messageot premier adjoint s’est vu accordé un vote favorable pour contracter un prêt de cinq cents milles euros en prévision de cet achat et aussi pour réaliser un ensemble sportif.

M Messageot précise « tout sera remboursé pour terminer dans six ans avec un taux d’endettement à zéro, comme ce fut le cas sur le premier mandat ».

Je vous invite à vous reporter auprès du service communication de la mairie et de son rapport pour tous les détails.

Le temps des vendanges !

Après une saison très chaude, voici venu le temps des vendanges. Les Compagnons des Vignes des Coteaux du Sol d’Yerres, bien aidés par nos amis de la Grappe Yerroise, et cerise sur la gâteau, la présence du Grand maitre Michel Privat, ont procédé à la cueillette des « baies » soient les grappes qui ont survécus à la chaleur et la sécheresse.

Normalement la vigne n’a pas besoin d’arrosage, mais pour les vignobles de moins de cinq années, les racines ne sont pas encore descendues profondément dans le sol, et elles sont donc fragiles en période sèche et très chaude.

Comme chacun le sait, une vendange, cela se fait à un moment assez précis, en fonction des degrés d’acidité et de sucre. Ce mardi 15 septembre, l’heure était venue, et il fallait limiter la détérioration en cours par manque d’eau.

Les vendangeurs se sont retrouvés à la Grange pour égrapper et presser la récolte. La perspective d’une première cuvée en cours, qui est essentiellement expérimentale, se fera sur 42 à 48 litres de jus.

Il est clair et indispensable de pouvoir disposer d’un chai pour la récolte de 2021 et des membres et parrains en nombre pour égrapper, car il faut aller très vite pour éviter l’oxydation du jus qui arrive sans tarder. Nous devrons organiser cela en 2021.



Cette opération s’est terminée ce dimanche par le barbecue des vignes sur la parcelle du Clos des Chartreux de Solers, très apprécié et avec la chance d’une bonne météo malgré la petite pluie du matin et averses du soir.

Le barbecue était en action par les maitres de la cuisine, Patrick et Daniel. Le service a été assuré par les fidèles de la vigne.

Un grand bravo à tous pour ce moment festif en ces temps de psychose collective.

En début 2021(Février) nous proposerons un petit concert suivi du mâchon de St Vincent, mais nous en reparlerons



En matinée, Michel Devot, pour le Comité de Coordination Région Ile de France, était à Combs la Ville à l’occasion des vendanges.

Là aussi le manque d’eau s’est fait sentir, mais le parc Chaussy offre des moyens plus faciles pour les arrosages.

Les confrères d’Irminon étaient nombreux, et c’est près de 30 personnes qui se trouvaient a l’œuvre, autour des tables d’égrappage ou du pressoir.

Les Sept cents pieds de vigne donneront ici entre 500 et 600 litres de jus. Facile de faire une estimation pour Solers avec ses quatre cents pieds quand notre Clos des Chartreux donnera sa pleine mesure, peut-être en 2021 ?

Nous notons aussi la présence de FR3 Paris Ile de France pour son reportage et la brève intervention du président de COCORICO pour la défense des vignes culturelles associatives en Ile de France.

Ce reportage passera à partir du 14 Octobre

Michel Devot

RN471: Une poubelle à ciel ouvert !

RN 471 entre Soignolles en Brie et Rubelles, une route qui semble bien agréable, apparemment toujours à 80Kms/ vu qu’il n’existe aucun panneau de signalement de vitesse.

Une route qui devient un dépotoir à ciel ouvert, par les comportements d’irresponsables.

Qui sont-ils ces gens ? Ils polluent sans la moindre hésitation nos bords de route, n’hésitant à nous gratifier la vue tous les rejets qu’ils ne veulent plus chez eux.

Qui sont-ils ? des entreprises qui font payer la déchetterie sur les factures clients.

Qui sont-ils ? des gens travaillant au noir, comme on dit et qui ne veulent pas être fichés.

Il ne faut pas non plus oublier les fêtards du samedi soir, qui envoient leurs canettes vides dans les champs par la portière de leurs voitures.

Au moment où on ne parle plus que d’écologie, il serait temps de prendre des dispositions plus énergiques.

Il existe des caméras discrètes sur batteries de longue durée, des maires ont commencé avec des résultats.

Il y a un vrai problème au niveau ordures, peut être que la mise en place de bennes sur certains lieux serait utile.

La sanction financière n’est pas suffisante, il faut proposer aux élus, la mise en place d’une mesure plus risquée pour les personnes prises en flagrant délit ou retrouvées : le retrait ferme pour 1 an de leur permis de conduire.

Si des personnes reconnaissent les débris comme étant issus de travaux chez elles, il serait bien qu’elles indiquent qui a fait les modifications à leurs propriétés, d’autant qu’elles se sont surement vu facturer la part pour dépôt en déchetterie.

L’époque actuelle est visiblement marquée par le manque de respect aussi bien de la nature que des personnes, les réseaux sociaux témoignent bien du niveau de culture général.

A l’école, on apprenait la morale et le civisme ! Est encore le cas ?

Michel DEVOT

Les enfants et l’APES aux vignes

Une première aux vignes solersoises, la visite des enfants encadrés par l’APES ce mercredi matin à 11H.

Les enfants se sont retrouvés avec des parents accompagnateurs sur la parcelle le Clos des Chartreux. Le sol était très sec, donc aucune difficulté est à noter.

Patrick Sanson avait préparé un petit historique de présentation, avant de visiter la parcelle.

Il a été rappelé ceci :

Les vignes de Solers remontent à l’époque des moines Chartreux, elles furent plantées en 1392.

Il nous reste des Chartreux, Le Calvaire, l’Eglise et les « bornes des Chartreux »

Sur celle de Solers, la fleur de lys a été grattée, lors de la révolution de 1789. Ces bornes délimitaient la propriété des moines.

Il y avait beaucoup de Meunier blanc, entre autres, proche de notre chardonnay de ce jour. Le Club Histoire de Solers dans son article Le Guillonneux de Soullers, N 14 nous rappelle que 84 hectares de terrains étaient plantés en vignoble pour Solers.

Le Phylloxéra est venu mettre un terme à ces exploitations au 19ème siècle. La dernière production s’est arrêtée en 1926.

Pour notre époque, participant aux réunions des associations et confréries en Ile de France comme membre adhérent dans les années 2000, j’ai soumis l’idée de replanter une vigne culturelle à Solers, afin de faire revivre l’esprit du passé de notre cité.

En 2008, accompagné des confréries de St Maur des Fossés et de Sucy en Brie, nous avons choisi avec M Yves Marmet, maire, la parcelle actuelle.

De nouveau, après l’arrivée de Gilles Groslevin, maire, l’action a repris. L’idée et la volonté sont nécessaires, mais sans l’arrivée des participants, rien ne pouvait se faire.

En 2015, l’association des Vignes des Coteaux du Sol d’Yerres a été créée, avec des membres actifs et la confrérie Commanderie des Chevaliers de St Grégoire pour le suivi avec nos confréries amies.

Patrick Sanson, président de VCSY, accompagné de quelques volontaires, a entrepris le laborieux travail de retrait des friches et le désenrochement.

Christian Merlaen est venu nous apporter le soutien avec son motoculteur et la pose des piquets ensuite. Il est certain que son engagement, nous a bien avancé dans le calendrier de réalisation.

Guy Geoffroy, député, nous a fait verser 1000€ sur ce qui était alors la réserve parlementaire, ce qui nous a permis d’obtenir le concours d’Éric Petit en qualité de formateur.

Après les études réglementaires de terrain, nous avons planté en 2017, 300 pieds de Chardonnay blanc et en 2018, 100 pieds de Pinot meunier.

Nous sommes arrivés à la mise en production en 2020, en appliquant notamment la taille guyot simple.

Plutôt rapidement maintenant vu la situation liée à la sécheresse (Aout était sur 30 jours à moins 50 % en hydrométrie), nous devrions procéder aux vendanges et à la mise en cuve.

Cette année, nos amis de la Grappe Yerroise de Yerres nous prête en leur chai, une cuve, mais en 2021, nous devrons disposer de notre local à Solers.

Les enfants étaient très ravis de se rendre dans les rangs pour découvrir les pieds de vigne.

Nous avons répondu à leurs questions.

Patricia Sarazin a bien expliqué le suivi régulier et l’entretien. On ne peut que les remercier de leurs engagements.

La promesse de recevoir les enfants à nouveau sera tenue, aux différents stades de la croissance, ainsi qu’à l’élévation de ce qu’appellerons pour eux, le jus de raisin, lorsque notre chai sera installé, soit fin 2021 à priori.

A rappeler, si les parrainages sont complets, il est toujours possible d’adhérer à l’association pour 2021 au prix de 15€ en qualité de membre actif.

Ne pas confondre parrainage et cotisation de membre, les parrains ont contribué à la naissance de notre vigne et le règlement n’est pas à renouveler.

Les adhérents cotisent chaque année et participent aux choix et à l’avenir de l’association par leurs aides et votes.

Enfin rappelons le barbecue des vignes le 19 Septembre sur la parcelle pour ceux qui se seront inscrits avec règlements joints avant le 14 Septembre au soir.

Michel DEVOT

Clôture de la fête des restos en Ile de France

Ce lundi 7 septembre, se tenait dans les salons de l’Hotel de Région flambant neuf de Saint Ouen, le cocktail cérémonie de clôture de la fête des restos en Ile de France.

Pendant l’été, les villes participantes ont soutenu leurs restaurants, bars et brasseries en ouvrant les places et les rues, et apportant des animations diverses dont petits orchestres, afin de faire revenir des clients vers nos professionnels sans lesquels la France ne serait pas la France.

Babette de Rozières, déléguée spéciale à la Cité de la Gastronomie, a prononcé le discours de remerciements à tous les participants à l’action de soutien pour nos professionnels des métiers de bouche et d’accueil. Nous avons aussi remarqué l’intervention de Valérie Pécresse, présidente de la Région IDF

L’addition sera lourde pour nos partenaires, traiteurs et établissements divers suite à cette crise sanitaire et ses conséquences sociales.

La région Ile de France continuera à agir en soutien et nous appelle tous à faire de même.

La fête des restos reviendra en 2021, Covid ou pas, pour dynamiser nos centre villes et nos commerces en été.

J’étais présent pour COCORICO (Comité IDF des Confréries, Associations et Adhérents individuels) ainsi que notre confrérie « Commanderie de Saint Grégoire » de Solers.

 J’étais accompagné de Michel Mella pour la communication et la Grappe Yerroise, Marcel Doyen et son équipe pour Le Clos de Clamart, Marc Lesk pour la FICB, Jean Pierre Gimbert et Michel Miersman pour Noisy le Grand, Nadine de Lhopital, porteuse du Projet Routes et Terroirs des Confréries, sans oublier nos confrères du Brie Meaux.

Michel DEVOT

Le forum des associations

Le premier forum des associations en plein air s’est tenu ce vendredi 4 septembre à 18H devant les locaux municipaux sur la place.

Sans aucun doute, dans les dispositions requises, une mesure prise par rapport à l’hypothèse de l’arrivée de la quatrième vague du Covid 19 annoncée depuis maintenant quatre mois.

Cette formule se révèle excellente, au niveau de l’espace, du bruit, et de son efficacité. Ce principe devrait être retenu même sans coronavirus, de l’avis de beaucoup, quand la météo le permet.

Toutes les associations étaient présentes. Les habitants sont venus nombreux, surtout parmi les nouveaux résidents pour découvrir les activités et procéder aux inscriptions.

On regrettera juste le petit verre de convivialité habituel, qui aurait pu se faire aussi dehors, certes, on ne pouvait pas prévoir la météo ! Mais il n’est pas non plus essentiel.

Michel DEVOT