Archives mensuelles : novembre 2020

Les vendanges à Fr3 Ile de France.

Le 19 septembre dernier, à Solers, nous nous retrouvions pour un déjeuner grillades dans les vignes « Le Clos des Chartreux ».

C’était également la période en vendanges en Ile de France.

Les Compagnons d’Irminon s’étaient retrouvés en grand nombre pour cueillir et très vite, presser la raisin pour assurer la qualité du millésime 2020.

Ils étaient à l’honneur de Fr3 IDF. Les journalistes avaient organisé quelques reportages et Combs la ville avait été sélectionné parmi trois ou quatre vignobles en IDF.

Une bonne occasion pour le Comité de Coordination Région Ile de France des Confréries, pour retrouver des confrères, que l’on ne voit pas beaucoup en 2020, covid oblige !

Michel Devot

11 Novembre à huis clos

Un 11 Novembre commémoré dans des conditions plutôt déprimantes en raison, non pas de la pandémie, mais de la crise sanitaire, c’est-à-dire du manque de personnel et équipements en suffisance face à une maladie virale forte, et dans un monde qui connaitra toujours des virus.

Même si ce confinement est plus léger, il est quand même très restreint quand aux libertés publiques notamment, pour ces rassemblements anniversaires, pour la culture, pour la vie sociale, et même pour nos commerces.

Je ne m’attarderai pas sur un virus particulièrement bizarre, dangereux à certaines heures et dans certains lieux.

Une situation qui, de toute évidence, ne pourra pas durer.

Une cérémonie très sobre, présidée par Gilles Groslevin, entouré des élus à huis clos, s’est déroulée au cimetière ce matin vers 11H.

La lecture du message habituel, dont copie ci-dessous, a suivi le dépôt de gerbe au monument aux morts.

Geneviève DARRIEUSSECQ, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la mémoire et des Anciens combattants :

C’était il y a un siècle.


Ce 10 novembre 1920, la Grande Guerre est achevée depuis deux ans. Dans la citadelle de Verdun, Auguste THIN, soldat de deuxième classe et pupille de la Nation, dépose un bouquet d’œillets blancs et rouges sur le cercueil d’un soldat. Un parmi tous les combattants des Flandres, de l’Artois, de la Somme, du Chemin-des-Dames, de Lorraine, de la Meuse… Un de ces braves ! Un des poilus qui participa à une interminable guerre. Un de ces Français qui œuvra à la tâche incommensurable de la Victoire.
Un parmi des milliers qui est devenu le Soldat inconnu.
Le 11 novembre 1920, le peuple de France l’accompagne solennellement sous les voûtes de l’Arc de Triomphe. La patrie, reconnaissante et unanime, s’incline respectueusement devant son cercueil, en saluant la mémoire de tous les soldats morts sous le drapeau tricolore.

Quelques mois plus tard, il était inhumé. Depuis 1923, la Flamme du Souvenir veille, nuit et jour, sur la tombe. Chaque soir, elle est ravivée pour que jamais ne s’éteigne la mémoire. La sépulture du Soldat inconnu est devenue le lieu du recueillement national et le tombeau symbolique de tous ceux qui donnent leur vie pour la France. Cet anonyme représente chacun de nos morts et tous nos morts en même temps.
Cette mémoire vit également dans chacune de nos communes, dans chaque ville et village de France, dans chacun de nos monuments aux morts, dans chacun des cimetières, dans nos mémoires familiales. Elle vit dans l’œuvre de Maurice GENEVOIX qui entre aujourd’hui au Panthéon. Le Président de la République l’a souhaité en l’honneur du peuple de 14-18.
Maurice GENEVOIX n’entre pas seul dans le temple de la Nation. Il y entre en soldat des Eparges, en écrivain et en porte-étendard de « Ceux de 14 ». Il y entre avec ses millions de frères d’armes, ceux dont il a immortalisé le souvenir, l’héroïsme et les souffrances. Il y entre avec toute la société, de la première ligne à l’arrière, mobilisée face à l’adversité et qui a tenu avec une admirable endurance. 8 millions de soldats combattirent sous les couleurs de notre drapeau, aucun d’entre eux ne revint totalement indemne. Des centaines de milliers furent blessés dans leur chair comme dans leur âme. 1 400 000 tombèrent au champs d’honneur.

Nous ne les oublions pas. Inlassablement, nous les honorons.
Chaque 11 novembre, la Nation rend également un hommage solennel à tous les morts pour la France, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui. Chaque année, nous rappelons leur nom.
Chaque 11 novembre est un moment d’unité nationale et de cohésion autour de ceux qui donnent leur vie pour la France, de ceux qui la servent avec dévouement et courage. En ces instants, au souvenir des évènements passés et aux prises avec les épreuves de notre temps, nous nous rappelons que c’est tout un peuple, uni et solidaire, qui fit la guerre, qui la supporta et en triompha.

Michel DEVOT

Hommage et conseil municipal

Côté municipal, les élus ont rendu hommage au professeur assassiné Samuel Paty . Ils se sont rendus à l’école au moment de l’entrée des élèves en classe ce lundi 2 novembre, à 8h30. Une minute de silence devait être observée en classe à 11H.

La liberté d’expression reste la règle en France, toutefois avec certaines restrictions prévues dans les lois.

Le droit de dessiner, de faire de l’humour, d’exprimer ses opinions, est inaliénable.

Le principe du respect de nos valeurs par les autres doit aussi, en bonne intelligence, nous amener à respecter celles des autres.

Le conseil municipal s’est réuni à huit clos, compte tenu des circonstances actuelles, ce samedi matin 9H.

Concernant les délibérations de fonctionnement, vous en trouverez le détail dans les publications des procès-verbaux au site officiel de la mairie.

A noter le vote d’opposition de transfert de compétence liée sur le Plan local d’urbanisme à la communauté de communes.

A noter également le vote sur la demande de Marie Roussel, pour les noms des sentes de Solers.

Pour ce choix, il fallait tenir compte de ce qui se trouve enregistré en matière de GPS.

Le conseil a nommé une représentante au groupement d’intérêts publics ID77, Sylvie Devot.

Pour une bonne lisibilité, ce groupement trouve sa justification dans l’aide en ingénierie aux maires et élus dans l’élaboration de projets.

Michel DEVOT