Archive dans 29 décembre 2021

Vignes, privées ou publiques, pourquoi enherber ?

Que penser de l’enherbement spontané ?

Il ne faut pas négliger l’enherbement spontané qui est souvent l’option la plus simple à mettre en œuvre : pas besoin de semis et les espèces sont, par définition, adaptées au climat et au sol. Leur facilité de destruction est aussi un avantage dans la gestion de la concurrence et facilite la mise en place de l’itinéraire technique.

Quels sont les impacts de l’enherbement ?

Sur le sol

Améliore le fonctionnement biologique des sols, notamment des lombrics qui font des galeries plus près de la surface et assurent l’aération.

Augmente la quantité de matière organique.

Lutte contre l’érosion.

Lutte contre le développement des mauvaises herbes, notamment par l’ajout de trèfle.

Limite le tassement des sols sous les roues des matériels.

Sur la vigne

Réduit un peu la vigueur de la vigne, elle monte moins en hauteur.

Améliore l’état sanitaire de la récolte.

Modifie l’alimentation minérale de la vigne, favorablement, effet inverse moins gênant.

Sur le raisin

Diminue l’acidité par meilleure dégradation de l’acide malique

Baisse de l’azote assimilable

Augmente la teneur en polyphénols (tanins anthocyanes) dans les pellicules des cépages rouges.

Diminue le Ph par moins de potassium

Environnement

Réduit le lessivage des nitrates

Réduit le risque d’érosion

Réduit le transfert des phytosanitaires

Favorise la bio diversité

Sélectionne un type de flore en enherbement spontané, ce qui est le meilleur, car l’herbe est en harmonie avec le terrain.

Trèfle

Le trèfle rampant a été intégré dans notre essai. Un des intérêts de cette famille réside dans sa capacité à fixer l’azote atmosphérique. Dans le cadre de l’essai pré[1]liminaire, la variété «Huia» retenue s’était distinguée par une bonne germination et un bon recouvrement dès la première année, ainsi qu’une vigueur relativement modeste

2021 s’en va !! 2022?…

Une année s’achève pour Solers, une année marquée par la peur et les précautions prises pour « protéger votre santé ».

C’est ce que l’on appelle le syndrome de précaution, particulièrement bien développé dans une société qui se veut surprotégée et assistée.

Que s’est-il passé à Solers ? On notera des interventions pour remettre en état, rues, et bâtiments. C’est le cas des rues des Etards, rue Maria Viala, etc.

Les écoles ont également vu des transformations notoires.

Moins de chance côté Vignes et associations.

Une année météo très humide et nettement moins chaude que les précédentes, a contribué au développement des maladies dont le mildiou. Le traitement en cours de maladie est voué à l’échec, il faudra privilégier en 2022, le préventif.

Côté associations, certaines ont subi des pertes en activité, en raison des mesures contraignantes fréquentes.

Que nous réserve 2022 ?

Au plan travaux, d’autres rues ont manifestement besoin de l’attention des élus, on peut citer la rue de Mont, celle du milieu des plantes, et les Edelweiss. Cela viendra en son temps et en fonction des budgets, sans oublier la construction de pavillons en cours qui oblige la patience en matière de voirie.

Pour les associations, verrons nous enfin engagée « La Maison des Associations », une nécessité absolue pour donner du temps et des moyens, espaces, matériels et numériques aux bénévoles qui animent la vie du centre de notre localité.

Attendue et promise depuis sept années, nos associations espèrent voir ce projet devenir enfin réalité.

Finissons cette année 2021, le mieux possible, le plus souvent en familles, vu la conjoncture.

2022, refusons la peur, ne permettons pas qu’elle devienne un mode de vie normal.

Solers actualités vous souhaite une excellente année 2022, et dans la mesure du possible, continuera à participer à votre information.